Skip to content

Augustin, les versions latines et la Septante

by areopage on octobre 18th, 2013

Supplément aux Cahiers Évangile, 162, 12/2012

Dans le Supplément aux Cahiers Évangile de décembre 2012 rédigé par Martine Dulaey, on trouve un très bon florilège visant à montrer comment Augustin (354 – 430 AD) abordait les Écritures, avec quelle méthode, quelle pensée. La partie la plus intéressante à mon sens est celle qui fait état de la « Bible d’Augustin ». En fait, il n’a pas de Bible au sens moderne, mais des codices en fonction des corpus (Actes, Évangiles, épîtres pauliniennes, etc.) et ce dans des versions latines de médiocre qualité. Ces traductions constituent ce qu’on appelle aujourd’hui la Vetus Latina (cf. p.10), mais sous cette appellation, il faut bien comprendre qu’il y a une multiplicité de traductions particulières et divergentes, dont lui-même se plaignait :

Ceux qui ont traduit les Écritures de l’hébreu en grec peuvent se compter, mais les traducteurs latins en aucune façon; cela tient au fait que, aux premiers temps de la foi, quiconque a eu en mains un exemplaire grec et se figurait posséder tant soi peu les deux langues a pris sur lui de traduire. – La Doctrine chrétienne II, 11, 16

Ailleurs il précise :

Le texte est si différent dans les divers manuscrits que c’est à peine supportable; la version latine est tellement suspecte qu’on craint de trouver dans le grec une autre leçon, si bien qu’on hésite à en tirer une citation ou une preuve. – Épître LXXI, 6

Mais lui-même ne semble pas féru d’hébreu ou de grec (cf. p.9). Il réclame d’ailleurs en Jérôme (en 394-395 AD) une traduction latine de la Septante, car il ne voit pas l’intérêt d’une traduction sur l’hébreu (du moins, dans un premier temps), cf. Épître XVIII et Cité de Dieu XVIII, 43. Pour lui en effet, qui souscrit plus ou moins à la légende véhiculée par la Lettre d’Aristée (cf. La Doctrine chrétienne II, 15, 22), la Septante est authentiquement inspirée, même si d’aventure elle s’éloigne de l’hébreu :

Là où il n’y a pas erreur de copiste, il faut croire, si le sens est conforme à la vérité et proclame la vérité, que, sous l’influence de l’Esprit divin, les Septante, laissant leur rôle de traducteurs et parlant en libres prophètes, ont voulu s’exprimer de manière différente – La Doctrine chrétienne XV, 4, 2

Il dit préférer l’ « Itala » aux autres versions latines, parce qu’elle « serre de plus près les mots tout en rendant clairement la pensée » (La Doctrine chrétienne II, 15, 22). Au final néanmoins, comme le souligne M. Dulaey, « l’autorité de la Bible grecque l’emporte ».

Le Cahier cite de nombreux extraits. On voit qu’Augustin part du sens littéral, auquel il est attentif, à un sens plus spirituel (qui peut paraître parfois arbitraire aux consciences modernes, cf. les remarques finales pp.134-135). Augustin n’est pas incommodé par le fait de commenter le même texte présentant des variantes incompatibles. Il admet une pluralité de sens (cf. p.11, 42). Il n’est pas non plus insensible au sens étymologique des mots hébreux (cf. p.27) dont il parvient à tirer un sens symbolique. Mais du côté symbolique ou allégorique, Augustin est un modéré (cf. p.29).

Je retiens surtout qu’il a considéré la Septante comme une version normative, et que les Vieilles latines (pourtant traduites sur le grec) n’étaient pas du tout homogènes (ni en qualité, ni du fait de leur texte source).

From → lectures

5 Comments
  1. Marian permalink

    C’est passionnant. Cette idée de traduction inspirée est vertigineuse. Je tendrai à penser que les Septante avait quelque chose d’inspiré, en tout cas un rôle spirituel essentiel dans le passage entre AT et NT. Ils sont l’intermédiaire, le metaxu.

  2. areopage permalink

    Cette idée d’inspiration de la Septante a été partagée par un certain nombre de Pères. Cf. Irénée, Contre les hérésies III, 21, 2

  3. Florent permalink

    Ca me paraît assez logique, il fallait que les écrits des prophètes se trouvent rassemblés avant la venue du messie dans la nation.

    Mais il seraient qualifiés de « prophètes » dans le sens de « guidés par l’esprit saint » plutôt que par « révélation de l’esprit saint » cependant.

    On retrouve effectivement aussi dans le don de l’esprit saint le discernement des paroles inspirées (1 Cor. 12:10).

    De la même façon il était nécessaire que les écritures grecques de l’ère chrétienne se trouvent rassemblées et diffusées avant la présence du Christ.

  4. Plus que jamais c est l oocsaicn de rappeler que l e9cole signifie en grec classique (η σχολή) l arreat (des activite9s contraignantes comme l agriculture ou toute autre te2che ne9cessaire, servitude), d of9 repos, loisir, oisivete9 . Alors oui, pourquoi ne pas apprendre le plus possible en s amusant. A encourager. Dans mes souvenirs scolaires, j ai quelques profs qui m ont bien fait rire et sourire et je leur en suis encore bien reconnaissant aujourd hui lorsque je suis en classe ! Par contre, j ai des colle8gues, et j en suis bien marri, qui ne me font pas rire du tout et je comprends les e9le8ves qui doivent les supporter Je compatis. Certains doivent penser qu une atmosphe8re de classe ne peut eatre que studieuse , moi, je n en suis pas !

  5. clef69 permalink

    Pourquoi y-a-t-il dans de coquilles orthographiques dans ce texte

Leave a Reply

Note: XHTML is allowed. Your email address will never be published.

Subscribe to this comment feed via RSS

Suivre

Recevez une notification par email à chaque nouveau post.

Rejoignez les autres abonnés :