Skip to content

Bible Parser sur Mac, Windows, Linux !

by areopage on novembre 30th, 2018

Bible Parser Web App progresse au fil des semaines. Ces derniers jours, la possibilité d’effectuer des recherches morphologiques a été implémentée pour le grec et l’hébreu. Une multitude de petits détails çà et là enrichissent la navigation (indications chronologiques, grammaticales, historiques ou archéologiques). Pour l’instant j’en suis plus à ajouter des fonctionnalités et consolider celles existantes qu’à documenter l’ensemble, mais une ou plusieurs vidéos viendront à terme présenter ces outils.

Pour l’heure, une nouvelle assez réjouissante : Bible Parser Web App peut désormais être installée comme un programme à part entière, sur Windows, Mac et Linux.

On pourrait peut-être se demander quel est l’intérêt d’installer un site web sur un PC fixe. Les avantages sont multiples :

  • En premier lieu, le site web ainsi sorti du navigateur se comporte comme un vrai programme. Il s’agit moins d’ailleurs d’un site web que d’une application web (progressive web app précisément ou PWA pour les intimes), aussi ceux qui souhaitent y accéder sans naviguer parmi les différents onglets, ou même seulement l’épingler à la barre des tâches (Windows) ou sur le Dock (Mac) peuvent-ils le faire.

  • Ensuite l’application dispose de fonctionnalités offline. Elles restent à étendre, mais le principe est posé. En l’état 5 versions offline sont disponibles. Il suffit de les avoir ouvert une fois en ligne, et une fois chargées, l’application peut basculer en mode déconnecté. C’est d’ailleurs le même principe sur smartphones ou tablettes Android/iOS (récentes) : une fois ajoutée sur l’écran, l’application se comporte comme une app installée, et les versions bibliques offline peuvent être consultée en mode Avion.

  • Enfin la technologie web est probablement l’avenir des applications, et la web app de Bible Parser a tant progressé à cet égard que sa version fixe commence à accuser un certain retard. Comme il ne m’est pas matériellement possible de maintenir deux versions en parallèle (à programmer dans des langages distincts pour l’essentiel), il faut faire un choix ; or le choix le plus naturel est de favoriser la version web. Ce qui ne signifie pas que la version fixe sera abandonnée. L’idée est de fusionner ces deux entités en une seule, courant 2019 ou au-delà : l’une en ligne complète, l’autre offline, avec la majeure partie des fonctionnalités. Au passage, la version fixe sera donc refondue entièrement pour fonctionner sur Windows, Mac et Linux, en mode déconnecté ; ce faisant son design va significativement progresser, et surtout la rapidité d’exécution ne fera plus défaut.

Je livre ici quelques visuels de la version Mac (4 premiers visuels) et Windows (5e visuel). La version Linux n’a pas encore été testée.

Le programme d’installation Windows est classique : il suffit de cliquer et suivre les instructions. Sur Mac c’est un fichier .dmg qu’il suffit de « monter ». Puis il faut glisser le programme vers le répertoire Applications. Et c’est tout !

 

Si MacOS fait du zèle et refuse d’ouvrir le programme, il suffit de se rendre dans les Préférences Système, et indiquer « Ouvrir quand même« .

Pour les utilisateurs qui ne seraient pas connectés (encart à haut à droite de l’application), une version light est proposée : accès à 24 versions françaises, à la concordance et à la recherche avancée.

En somme ces petits programmes sont à la fois une petite et une grande nouvelle : petite parce qu’il n’y que peu de différence avec la version web (hormis la commodité non négligeable d’isoler l’application du navigateur), et grande nouvelle car il s’agit de la technologie qui permettra de porter Bible Parser sur les trois systèmes d’exploitations principaux.

From → actualités

2 Comments
  1. SCHEER André permalink

    Je viens de Bibleworks…, et je me mets à Parser ! Je dois dire plusieurs choses :
    – Didier Fontaine est étonnamment réactif, et chaque fois que j(‘ai eu besoin d’un petit renseignement, il m’a très vite répondu. Bravo ! On peut donc compter sur lui, vraiment.
    – Pour l’essentiel des recherches (sur les Textes grecs et Hébreux), à savoir comprendre ce qui est écrit pour qqn qui n’est pas agrégé en grec ou en hébreu, l’analyse morphologique est très bonne. Je me sers toujours de dictionnaires papier, car les dictionnaires du nouveau testament en sont tout simplement pas des dictionnaires de grec ! Le grec de la Koinè et une langue en lui-meme. On n’apprend pas le français dans Tintin au Congo… ! Donc il faut rendre le mot grec par son sens dans le grec de la Koinè, d’où mon utilisation d’un dictionnaire classique (Lacroix- Magnien en l’occurrence).
    – La seule chose qui me manque encore, c’est de pouvoir afficher des traductions en interlinéaire – 3 ou 4 textes serait l’idéal pour avoir BHS (Hébreu) ou GNT (Grec)+ Zaalkinson ou Delitsche (Rétroversions hébraïque du Nouveau testament)+ Codex de Bèze (pour avoir un texte un peu antérieur au Codex Alexandrin qui sert de base au texte actuel de référence).
    Avec cela mon bonheur sera total.

    Encore merci à Didier pour tout ce travail ; inutile de dire que l’on ne trouve pas mieux en termes de cout !

    • areopage permalink

      Merci beaucoup pour ce message.
      Je planche actuellement sur un moyen de comparer plus facilement des versions, verset par verset.
      Ce n’est pas très compliqué d’un point de vue technique, il s’agit juste de proposer un outil facile d’utilisation, et visuellement sympathique. Votre demande sera donc peut-être exaucée dans les prochaines semaines…

Leave a Reply

Note: XHTML is allowed. Your email address will never be published.

Subscribe to this comment feed via RSS

Suivre

Recevez une notification par email à chaque nouveau post.

Rejoignez les autres abonnés :