Skip to content

Techniques and Assumptions in Jewish Exegesis Before 70 CE. (Instone Brewer, 1992)

by areopage on novembre 30th, 2014

3011141

David Instone Brewer (qui est à l’origine du très précieux site Rabbinic Traditions) met généreusement en ligne Techniques and Assuptions in Jewish Exegesis before 70 CE (Mohr & Siebeck, Tübingen, 1992 ; 109€ sur Amazon…), ouvrage issu de sa thèse de doctorat sur le sujet. Le sujet est délicat à première vue car la principale difficulté consiste à dater les sources. Mais une fois cette étape passée, on comprend tout l’intérêt du propos : comprendre l’exégèse juive, c’est aussi comprendre et la méthode d’interprétation qu’on rencontre parfois dans le Nouveau Testament pour expliquer la Bible hébraïque (sur le sujet, voyez également l’excellent Le peuple juif et ses Saintes Écritures dans la Bible chrétienne de la Commission Biblique Pontificale ; éd. imprimée, 2001, spécialement pp.34 sq.). Les plus courantes dans le NT sont essentiellement tirées des middoth de Hillel, le qal wa-homer (argument a fortiori) et  la gezerah shawah (argument par analogie), cf. 1992 : 17-18, 2001 : 37. Je relève à titre de curiosité p.24 l’expression לשמים, qu’on pourrait rendre « pour l’amour de Dieu » (litt. par les cieux), et où l’on reconnait bien évidemment une circonvolution pour le Nom divin,  qui rappelle le royaume des cieux matthéen. Intéressantes également, les difficultés liées à la célébration de la Pâques lors du sabbat (pp. 41-46), ainsi que les méthodes exégétiques employées. L’ouvrage ne couvre pas seulement la littérature tannaïtique, mais aborde également – rapidement, il est vrai – celle de Josèphe (p. 183 sq.), celle de Qumrân en général (p.187 sq.), ou encore celle de Philon (p.198 sq.). Dans l’opposition entre l’école de Hillel et celle de Shammaï (que j’ai évoquée ici), l’exégèse était bien évidemment de mise, et l’on remarque avec grand intérêt combien le raisonnement humain est mis en exergue : sans exclure l’influence de l’esprit saint de Dieu, il n’est point question de trancher une question par un recours au surnaturel car 1) la voix prophétique s’est éteinte, on le tient pour acquis (Tosefta, Soṭa, 13, 3 ; voir ici), et 2) même si une voix divine se fait ou faisait entendre (la fameuse Bat Qol), ce serait un tort de l’invoquer… On perçoit ainsi la méfiance vis-à-vis de la « mystique », et une grande confiance dans les capacités de l’homme à interpréter les textes sacrés (cf. pp.218-219). David Inner Brewer conclut son ouvrage avec les 7 règles de Hillel et leur explication (ainsi que celle de Eliezer b.Jose haGelili) : c’est assurément très pratique (pp.226-231). Il est vrai, ces débats ne sont pas de tout repos, et la logique peut surprendre en bien des endroits. Mais c’est utile pour se figurer les méthodes qui avaient cours à l’époque de Jésus, et qui se rencontrent occasionnellement dans le NT. Pour de copieux extraits en français (mais sans analyse !), voyez l’incontournable Joseph Bonsirven, Textes rabbiniques des deux premiers siècles chrétiens (Institut Biblique Pontifical, 1955).

Je profite de l’occasion pour signaler d’autres mises en ligne récentes :

Jan Joosten, Le dieu Iaô et le tréfonds araméen des Septante : où Joosten interroge l’origine (géographique) du vocable Iaô, et rappelle les thèses en présence autour de la primauté kyrios vs tétragramme chez traducteurs alexandrins. A ne pas rater. On excusera la coquille p. 117 κύπιος pour κύριος. Joosten est spécialement louable pour sa prudence sur le sujet (pp.116-118), et il nuance fort à propos les hypothèses de Pietersma (que je trouve tirées par les cheveux, vous le savez) qui voit des révisions à tout bout de champ.

Encyclopedia of Hebrew Language and Linguistics : cet ouvrage important et massif (4 vol.), au prix modique de 950€ (ou en ligne 10€ pour 1j, 20€ pour 7j.) est paru l’année dernière, et s’imposera sans doute comme une référence en la matière. Certains de ses auteurs ont mis leur contribution en ligne : en voici la liste. En complément de mon article sur les te’amim, on lira avec grand profit : Biblical Accents: Prosody, Vocalization: BabylonianBiblical Accents: Cantillation et Biblical Accents: System of Combination. Mais pour tout dire, tous les articles sont intéressants !

4 Comments
  1. GFirmin permalink

    Bonjour. Merci infiniment pour tout ce que vous prenez la peine de nous signaler, et qui améliore considérablement notre provende.
    A propos de l’article de Joosten, il faut sans doute préciser (au moins pour ceux de vos lecteurs qui ne connaîtraient guère les « langues anciennes ») qu’il s’agit manifestement d’un texte non corrigé : je ne dispose pas du volume Eukarpa, mais on trouve des « coquilles » plus ennuyeuses p. 112 : il faudrait bien sûr Μωυσῆς, et je suppose qu’il faudrait entre parenthèses, à la ligne suivante, Ἰαώ; p. suivante, je ne peux vérifier, mais je suis plus que sceptique sur le Iôathan Iaôdoma…

    • areopage permalink

      Je connaissais l’article et je ne l’ai que reparcouru rapidement. Je me doutais d’autres coquilles. En tout cas Joosten est toujours une très utile lecture.

      • GFIrmin permalink

        Pour ma part, je n’avais pas lu cet article (j’en ai lu d’autres du recueil, mais ne possède pas ce dernier). Et je signalais ces défauts parce que c’est un des « dangers » d’Academia : on y trouve des « drafts », voire des choses « provisoires » (signalées comme telles).
        Je trouve cette « ressource » incomparable — d’autant qu’on a la possibilité de « demander » certaines choses non encore en ligne : cela m’est arrivé, lorsque cela est proposé, bien sûr, et à chaque fois on a répondu rapidement et fort aimablement à ma requête.
        Les Français sont fort à la traîne — heureusement, il existe quelques « étrangers » (comme Joosten) qui écrivent aussi en français ! ça repose, de temps en temps…

        • areopage permalink

          Oui Academia propose toute sorte de choses, souvent en anglais… On y trouve de plus en plus de chercheurs confirmés qui mettent en ligne leurs travaux, aussi bien anciens que nouveaux. Une vraie mine, qui peut faire faire de substantielles économies à l’occasion !

Leave a Reply

Note: XHTML is allowed. Your email address will never be published.

Subscribe to this comment feed via RSS